Statut des IEG

/Statut des IEG
Statut des IEG2019-02-20T15:54:38+00:00

Le Haut-commissaire aux retraites a rendu le 18 juillet ses préconisations et comme FO l’avait annoncé, elles représenteraient si elles étaient mises en œuvre un recul social historique.

La mise en place d’un régime universel par points supprimerait en effet notre régime spécial de retraite des industries électriques et gazières.

Rien ne justifie ce choix si ce n’est une volonté purement idéologique.

FO énergie vous livre une première analyse du rapport et de ses conséquences

Télécharger les PDF

https://www.fnem-fo.org/wp-content/uploads/2019/07/2019_07_retraite_preconisations_delevoye.pdf

Avec l’arrivée de notre ministre de tutelle, Mme Borne, et les différents écrits sortis ce jour dans la presse, le Secrétaire Général de la Fédération répond.

Le 19 septembre, ensemble, unis, agissons pour notre avenir et celui de nos concitoyens.

ENSEMBLE, AGIR NE PAS SUBIR.

Télécharger les PDF

https://www.fnem-fo.org/wp-content/uploads/2019/07/2019_07_lettre_ouverte_au_personnel_nouveau_ministre_energie.pdf

Dans une dépêche AFP du 15 juillet, nous apprenions que la Cour des comptes s’est livrée à une charge sans précédent contre les acquis sociaux des personnels actifs et retraités des Industries Électriques et Gazières, et préconise une accélération de la « réforme » des régimes spéciaux.

FO Énergie et Mines dénonce vivement cette attaque en règle de la Cour des comptes, tant sur la forme que sur le fond.

Le rapport émis, imbibé de mauvaise foi, nie totalement la spécificité de notre régime et fait fi de toutes décisions votées par la représentation nationale. La Cour outrepasse son rôle et n’a aucune légitimité pour remettre en cause les règles existantes !

FO Énergie et Mines rejette avec virulence toutes ces préconisations qui ne visent qu’à casser encore plus notre régime de retraite.

Le 19 septembre prochain, nous sommes plus que jamais déterminés à nous mobiliser, avec les salariés, contre les casseurs de nos garanties sociales.

Télécharger les PDF

https://www.fnem-fo.org/wp-content/uploads/2019/07/2019_07_cour_des_comptes_regime_retraites.pdf

Les tests dans la presse et les annonces s’accumulent et ils vont tous dans le même sens : le Gouvernement veut baisser la part des retraites dans le PIB, actuellement de 14 %, pour la ramener aux alentours de 12 %. Une approche purement comptable sans considération pour les personnes et une vraie purge en perspective !

Pour les gaziers et électriciens, ces mesures s’ajouteraient à la destruction de notre régime spécial de retraites et à la fin du calcul de la retraite sur les 6 derniers mois, à travers la mise en place d’un régime universel par points, système porté par la CFDT. Ce serait une vraie catastrophe pour les gaziers et électriciens.

Au programme, la création d’une décote pour tout départ à 62 ans, l’accélération du passage à 43 ans de cotisation pour avoir une pension à taux plein et l’augmentation des coefficients de minoration.

Pour FO, il s’agit d’une attaque sans précédent contre les retraites.

Nous refusons à la fois la destruction de notre régime spécial, la création d’un régime universel par points et ces nouvelles mesures scandaleuses.

Télécharger les PDF

https://www.fnem-fo.org/wp-content/uploads/2019/07/2019_07_retraites_president_republique_casse_regimes-002.pdf

 

Le 9 juillet, le Conseil Supérieur de l’Énergie a pris le total contrepied de la position du Ministre et a voté, avec le soutien de FO, la non-augmentation des objectifs de Certificats d’Économie d’Énergie.

Les objectifs d’obligation de réalisation d’économies d’énergie, ont un coût pour les consommateurs. Le dispositif se répercute dans les prix que ce soit le gaz ou l’électricité, dans les tarifs réglementés (TRV) ou les offres de marché, ou encore sur les carburants. L’impact du coût des CEE pour les consommateurs était déjà en 2019 de 1.7 % pour les TRV gaz et de 1.3 % pour les TRV électricité.

Dans son intervention, FO Énergie et Mines a soutenu les consommateurs, en rappelant que ces objectifs étaient irréalistes et que cela s’inscrivait dans une fuite en avant dont chacun a pu mesurer ces derniers mois les résultats. FO a rappelé aussi que le Gouvernement serait responsable de toute nouvelle augmentation des TRV et a dénoncé les récentes attaques du Ministre de Rugy contre les salariés.

 

Télécharger les PDF

https://www.fnem-fo.org/wp-content/uploads/2019/07/2019_07_CSE_juillet.pdf

Un fleuron de la République sacrifié sur l’autel de la finance

 

La dérèglementation des marchés de l’énergie, entamée en France sous l’impulsion de la Commission Européenne depuis la fin des années 1990, n’a cessé de produire des effets désastreux. Déjà lourdement impacté, le service public de l’énergie est maintenant la cible d’une mise à mort annoncée. Les citoyennes et citoyens français qui en bénéficient depuis 1946, tout autant que les salariés de ces entreprises, seraient victimes de ce démantèlement.

FO Énergie et Mines continuera à agir pour défendre un service public républicain de l’énergie, l’un des derniers piliers de ce qui caractérise la République Française.

Télécharger les PDF

https://www.fnem-fo.org/wp-content/uploads/2019/07/2019_06_mort_service_public_energie.pdf

Les ordonnances Macron permettent désormais aux employeurs « d’améliorer » le dialogue social par fusion des Instances Représentatives du Personnel historiques (CE, CHSCT, DP) afin de mettre en place les Comités Social et Économique (CSE).

La négociation initiée il y a un an, s’est conclue par un projet d’accord qui est finalement d’une grande « agilité régressive ».

FO ne peut cautionner des reculs en matière de protection des salariés, surtout dans le contexte tourmenté actuel et ne signera donc pas l’accord de mise en place du CSE, ni celui portant sur le CSE Central d’EDF.

FO considère que les projets d’accord CSE et CSE Central sont inadaptés et inacceptables.

La nouvelle représentation et protection des salariés apparait clairement irresponsable de la part des Directions, en particulier sur la question de la Santé et Sécurité au Travail.

Par ailleurs la perte de proximité aura immanquablement des conséquences désastreuses sur le dialogue de terrain et la régulation des problèmes locaux.

Télécharger les PDF

https://www.fnem-fo.org/wp-content/uploads/2019/07/2019_06_accord_CSE_EDF-.pdf

L’accord « Intéressement 2017-2019 » d’EDF SA prévoit, chaque année, la négociation du niveau des 5 critères impactant le montant de l’intéressement (Avenant n°2).

L’autre négociation concernait les contributions ou abondements d’EDF au PEG et au PERCO pour l’année 2020.

Télécharger les PDF

https://www.fnem-fo.org/wp-content/uploads/2019/07/2019_07_interessement_EDF_2019.pdf

 

Dialogue social de branche :

des séminaires dupliqués

 

Depuis un an, les employeurs à la branche organisent des séminaires censés précéder les négociations relatives à différents thèmes, en vue de « partager et d’échanger nos connaissances ».

 

Ces séminaires se suivent et se ressemblent, comme dupliqués sur le même modèle.

Un clonage du genre que maîtrisent très bien les employeurs à la branche.

 

FO n’est pas dupe et dénonce ce mode de fonctionnement. Cette méthode des employeurs ne permet pas de construire un avenir serein pour tous les agents. La volonté des employeurs semble être surtout de nous faire parler.

 

Si les employeurs persistent à avancer masqués et à organiser des « séminaires » autour de données filtrées par des prestataires, nous ne pourrons continuer à participer à ces mascarades d’échanges.

 

Retrouvez, dans le communiqué joint, la façon dont procèdent les employeurs pour proposer ces séminaires récurrents et fallacieux ainsi que nos demandes en regard à ce thème.

 

Fin 2024… c’est l’échéance vers laquelle le Gouvernement et les employeurs veulent nous emmener pour réduire à néant notre Retraite, Statut, Rémunération…

 

Télécharger les PDF

https://www.fnem-fo.org/wp-content/uploads/2019/06/2019_06_dialogue_social_branche.pdf

Les organisations syndicales ont participé, ce 20 juin 2019, à une réunion de présentation par la direction d’EDF du projet « Hercule ». Cette présentation confirme et renforce nos analyses communes sur ce meccano capitalistique qui conduit à la désintégration d’EDF.

Pour les fédérations syndicales, la priorité d’EDF doit être son projet industriel et social, guidé par l’intérêt général. EDF doit garantir un service public de l’électricité de qualité, au meilleur coût, pour tous, partout et toute l’année.

La financiarisation accrue, la fuite en avant dans la libéralisation, la désintégration de l’entreprise et la privatisation de biens communs ne peuvent en aucun cas répondre aux enjeux, tant pour EDF que pour l’ensemble des citoyens. L’intersyndicale réaffirme donc son profond attachement au service public, porté par une entreprise EDF intégrée et s’oppose unanimement à la découpe et à la mise en vente d’activités structurelles pour le  service public.

Diverses initiatives vont être lancées pour porter un coup d’arrêt à ce projet et exiger du Gouvernement qu’il assume enfin ses responsabilités :

  • Campagne d’information pour alerter l’opinion publique.
  • Démarche de sensibilisation et de débat auprès des salariés sur les enjeux liés au projet « Hercule » et à l’avenir d’EDF.
  • Interventions auprès des élus de la Nation.

L’intersyndicale décide d’appeler à une journée de grève nationale le 19 septembre 2019.

Elle se réunira de nouveau les 10 juillet et 28 août pour construire les actions communes et préparer la coordination de la grève nationale.

Télécharger les PDF

https://www.fnem-fo.org/wp-content/uploads/2019/06/240619-tract-de-lintersyndicale-CGT-CFECGC-CFDT-FO-avenir-dEDF-et-projet-Hercule.pdf